Publications

Newsletters

  Retour aux Newsletters

 

Février 2020 I #51

IMAGE DU MOIS

Le French flair est de retour !

Le XV de France a retrouvé sa fougue et son ingéniosité depuis le début du Tournoi, qui lui a permis de battre ses adversaires historiques : l’Angleterre et le Pays de Galles.

Pour (re)voir l’action

 

 

CHIFFRE DU MOIS

571 247

C’est le nombre de spectateurs ayant assisté aux 3 premiers tours du Tournoi des Six Nations.

En savoir plus

 

DÉCRYPTAGE DE L’ÉQUATION

Qui va gagner le Tournoi des Six Nations ?

 

Nous n’avons pas (encore) de partenariat avec IRB. Notre analyse engage dès lors uniquement l’intégrité des « experts » rugby de P-Val, qui ont examiné à la loupe le jeu de chaque équipe afin de déterminer quels sont leurs Mondes dominants et en quoi ils sont vecteurs de performance.

Cette analyse nous permet de savoir qui va remporter le Tournoi (ou de hasarder un pronostic, comme vous voulez, sachant que nous n’avons pas non plus été sollicités (pas encore) par Unibet, Betclic ou Winamax) :

Aficionados de l’ovalie : nous serions ravis de challenger notre analyse
avec vous !

Écrivez-nous, appelez-nous… engagez la mêlée !

 

 

Les Vainqueurs : la France !

Combinant French flair créatif, typique du Monde de l’Inspiration, âme d’une famille (Monde Domestique) et touche industrielle, le XV de France a tout pour remporter le Tournoi.

Le French flair… Gloire du XXème siècle ! Serge Blanco, ancien champion français de rugby, le décrit prosaïquement comme « du rugby que les autres n’osent pas tenter et que nous, on tente »[1]. Barney Spender, journaliste à l’AFP, se souvient avec nostalgie de cette équipe française : « on avait l’impression qu’ils jouaient sur une autre planète. »[2] Flamboyant, créatif et imprévisible, signé Monde de l’Inspiration, ce style de jeu est l’un des plus réputés au monde. Porté disparu ces dernières années, il réapparaît lors de ce Tournoi 2020, comme le titre The Daily Telegraph « French Flair is alive […] ».[3]

Importance et respect du groupe sont les preuves du Monde Domestique des Bleus, comme le prouve le discours d’encouragement de Gaël Fickou, capitaine de la défense, au reste de l’équipe juste avant le match contre l’Angleterre : « les gars […] on est chez nous, devant nos femmes, nos enfants, nos frères, ils vont tous nous regarder […], la France elle nous soutient, montrons un bon visage. »[4]

Analyse de la Performance : avec l’arrivée de Fabien Galthié, les autres équipes du Tournoi ont de quoi s’inquiéter : le Monde Industriel de ce nouveau coach va mettre de l’ordre dans le jeu des Bleus. En effet, si le Monde de l’Inspiration a souvent servi la France, il lui a aussi occasionné des performances inégales. En mêlant Inspiration, Domestique et Industriel, les Français deviennent invincibles !

 

 

2ème place : Angleterre

Le Monde Industriel ne réussira pas cette fois à placer l’Angleterre en tête du Tournoi. Trop concentré sur les Mondes Opinion et Marchand, le XV de la Rose ne retrouve pas pleinement la maîtrise de son jeu.

Inventeurs du jeu, les Anglais sont connus pour leur parfaite maîtrise technique, quitte à offrir une prestation prévisible et sans relief ; c’est ce style qui les maintient dans une position dominante. Eddie Jones, coach de l’équipe, incarne ce Monde Industriel. Dylan Hartley, ancien capitaine, témoigne dans un article intitulé « Les voyages de l’Angleterre pré-Six Nations en Algarve ne sont pas des vacances, avec Eddie Jones… c’est comme être dans Big Brother, avec un entraînement constant et extrêmement difficile. »[5]

L’Angleterre est la meilleure et elle veut à tout prix le faire savoir, comportement typique du Monde de l’Opinion. Eddie Jones, par exemple, ne tarit pas de commentaires controversés : contre l’équipe de France, à qui il avait promis une « brutalité absolue »[6] avant le début du Tournoi et contre les Écossais, qu’il a qualifiés de « mesquins »[7]. Il a par ailleurs déclaré : « L’arrogance, c’est seulement un problème quand tu perds. Si tu gagnes, cela s’appelle la confiance en soi. »[8] Eddie Jones n’en est pas dépourvu.


Analyse de la Performance : la pression exercée sur l’équipe d’Angleterre pour gagner est contrebalancée par un besoin brûlant d’exprimer son dédain vis-à-vis des autres équipes. Or, la prééminence de tout autre Monde sur leur Monde dominant Industriel fait perdre à l’équipe son avantage nécessaire pour atteindre la 1ère place du podium.

 

 

3ème place : Pays de Galles

Plaçant la victoire au-dessus de toute autre valeur, le XV du Poireau se focalise sur un seul but : gagner tous les matchs, les uns après les autres. Cette fois, pourtant, leur victoire historique contre l’Italie les a incités à se reposer sur leurs lauriers.

Le Pays de Galles est le grand vainqueur historique du Tournoi (38 victoires depuis l’origine). La thématique de la victoire est une constante dans les interviews des joueurs et du staff, témoignant de leur Monde Marchand. L’arrière Stephen Leigh Halfpenny déclare ainsi, suite à la défaite face à l’Irlande : « À présent, on doit gagner tous les matchs, c’est le challenge. On est super excités à cette idée. On est encore en position de chasseur et on doit se concentrer match par match. On l’a déjà fait en 2013 après avoir perdu face à l’Irlande et ensuite en gagnant le reste. »[9]


Analyse de la Performance
: Rien à dire, le Pays de Galles trouve sa Grandeur dans la victoire. Dès lors, l’équipe se donne les moyens de la remporter… même si les résultats ne sont pas toujours probants.

 

 

4ème place : Irlande

Divisée en deux, l’Irlande est unie dans le rugby : le soutien apporté par l’île est le vecteur de Performance principal du XV du Trèfle.

En février 2019, l’équipe irlandaise décolle pour affronter les Italiens. Jonathan Sexton, capitaine pour le Tournoi, raconte : « l’avion était plein à craquer de supporters qui nous souhaitaient bonne chance, on avait vraiment l’impression de jouer chez nous. […] Ça fait vraiment une différence, c’est sûr que ça nous a boosté. »[10] Typique du Monde Domestique, les supporters irlandais forment avec l’équipe de rugby une vraie tribu.

Le XV du Trèfle est composé de joueurs de l’ensemble de l’île : symbole d’une nation divisée en deux politiquement mais unie dans le rugby. Les supporters placent d’ailleurs le bien commun au-dessus de leurs intérêts personnels lors de matchs de rugby : cette attitude est caractéristique du Monde Civique. En 2019, lors de la Coupe du Monde, « les Catholiques et les Protestants étaient assis côte à côte […] pour encourager une équipe […] qui rapproche depuis des décennies les communautés ».[11]

Analyse de la Performance : Soudés par leurs valeurs communes, portés par la force du collectif, l’équipe irlandaise
est déterminée à rendre hommage à sa nation. Cela fait d’elle un adversaire de qualité sur le terrain.

 

 

5ème place : Écosse

L’Écosse a du mal à exploiter son Monde de l’Inspiration pendant ce Tournoi, ce qui la prive de sa flamboyance habituelle et lui vaut la 5ème place dans ce classement.

L’une des marques du jeu du XV du Chardon est de pouvoir s’adapter aux intempéries en déployant des trésors d’ingéniosité, trait principal du Monde de l’Inspiration. Des joueurs talentueux l’incarnent, comme Finn Russell (écarté du Tournoi), qui a beaucoup manqué à l’Écosse lors de son match contre l’Irlande. À noter que ce Monde n’a pas été exploité lors du match contre l’Angleterre, où les deux équipes ont livré une performance moyenne.[12]

Les frissons ressentis lorsque le stade entier de Murrayfield entonne Flowers of Scotland en communion avec son équipe sont la preuve du Monde Domestique de l’Écosse, qui s’exprime particulièrement dans ce contexte de Brexit, où la province souhaite affirmer son indépendance par rapport à l’Angleterre et rester dans l’Union Européenne.[13]


Analyse de la Performance
: Ce qui fait la force de l’Écosse, c’est son Monde de l’Inspiration. Lorsque ce Monde n’est pas mis en avant, l’équipe est beaucoup moins efficace… et se retrouve avant-dernière du classement du Tournoi.

 

 

6ème place : Italie

Italie, éternelle dernière du classement, a encore du chemin à faire pour s’approprier un nouveau projet de jeu et cesser de terminer cuillère de bois.

Membre du Tournoi depuis 2000, l’Italie comptabilise au total 12 rencontres gagnées, et n’a jamais remporté le Tournoi. Son nouveau coach, Franco Smith, déclare avec philosophie après la défaite face au Pays de Galles : « nous avons trouvé des espaces aux ailes, bien déplacé le ballon mais sans parvenir à concrétiser. Les garçons assimilent le projet de jeu pas à pas. Il y a beaucoup de travail mais beaucoup de joueurs intéressants. Je suis convaincu que ce groupe pourra avoir son mot à dire à l’avenir. »[14] Des défaites acceptées, un collectif qui cherche à s’améliorer sans prétention : voici un comportement typique du Monde Civique, qui respecte les règles et l’ordre établi.

Analyse de la Performance : le Monde de l’Italie devrait se développer sur les axes Marchand et Industriel : avoir envie
de gagner et maîtriser son jeu pour atteindre ce but. Tant que des passerelles n’auront pas été construites entre le Monde actuel et le Monde voulu, la Performance ne pourra pas être maximale.

Et maintenant, à vous :

Dans quelle équipe seriez-vous le (la) plus performant(e) ?

(sur demande, nos experts rugby pourraient même vous faire un débrief personnalisé…)

   

DÉCOUVREZ NOS AUTRES CONTENUS